Arthur Van Hecke
[+] Click for Bigger Image

Arthur Van Hecke (€550.00)

Located in Paris (75***)


⇨ See Details!




Arthur Van Hecke (1924-2003). Portrait d'homme. Huile sur toile, signée, dim. 50x61cm.

Influence du Groupe belge de Laethem-Saint-Martin Modifier

Éduqué par ses grand-parents suite à la séparation de ses parents, l'enfance roubaisienne d'Arthur Van Hecke se situe successivement cour Van-Welden, dans la rue Daubenton, puis au « Pile », quartier des ouvriers, des liens familiaux dans la ville de Bruges l'y amenant également fréquemment : il s'y passionne pour la ville et pour ses peintres, copie les œuvres de James Ensor, Paul Permeke, Albert Saverys, Rik Wouters[1].


À 13 ans Arthur Van Hecke est ouvrier en usine textile à Roubaix. Le journaliste Bruno Vouters évoque un destin naturellement tracé : « né dans un quartier pauvre de Roubaix, cet enfant d’une famille modeste était fait pour l’usine »[2]. Bruno Jaubert, auteur du livre Arthur Van Hecke - Œuvres 1946-1998 (en même temps catalogue édité par le Musée des Beaux-Arts de Dunkerque en 1998, à l'occasion de l'exposition présentée en novembre), cite pour sa part Arthur Van Hecke qui confirme ainsi ses réelles aspirations : « (à 12 ans) je commençais sérieusement à peindre. Bien sûr, ce n’était qu’une mauvaise barbouille mais la passion y était. Mon grand-père recevait de Belgique toutes les semaines une revue dans laquelle il y avait toujours une reproduction de toile d’un des maîtres belges de l’époque et c’est en les regardant que j’ai pris conscience de la peinture. Je les copiais tous : Servaes et son Christ aux pustules, Opsomer et ses portraits officiels mais si bien peints, Tytgat et son humour, Paul Permeke et sa toute-puissance, Paulus, Daeye, Van de Woestyne, toute l’équipe de Laethem-Saint-Martin. Quelle merveilleuse école du bien-peindre ! Ils m’ont marqué à jamais, même après avoir découvert la peinture moderne, Picasso, Braque, Matisse, Léger ».


Engagement dans les troupes de la France Libre Modifier

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, Arthur Van Hecke, dont le mariage avec Fernande Lamarque, le 25 septembre 1943, donnera naissance à trois filles, Monique, Anita et Dominique[1], s'engage dans les troupes de la France Libre. Il participe à la libération de la poche de Dunkerque, aux côtés des troupes britanniques.


Le Groupe de Roubaix Modifier

Arthur Van Hecke est l'un des principaux protagonistes du Groupe de Roubaix avec, notamment, le peintre et sculpteur Robert Conte (né en 1925), le peintre et poète Michel Delporte (1927-2001), le sculpteur Eugène Dodeigne (1923-2016), le peintre Jacky Dodin (1929-1990), le peintre Paul Hémery (1921-2006), le peintre et pianiste de jazz Pierre Hennebelle (1926-2013), le peintre Pierre Leclercq (1928-2002), le peintre Eugène Leroy (1910-2000), le sculpteur Jean Roulland (né en 1931). Après s'être installé près de Dunkerque, il fondera avec Raymond Picque, Jean Bertaux et Jean Castanier, le Groupe de Gravelines en 1961.


Peintre autodidacte, il commence à peindre dès la fin de la guerre, à Roubaix, sa ville natale, où il expose ses toiles au Salon des Artistes Roubaisiens puis dans les galeries roubaisiennes, les galeries Dujardin, Parenthou, et l'enseigne Création de Léon Renar. Une rencontre décisive va rapidement accélérer le cours de sa carrière. Alors qu'il peint dans le parc du château de Jean Masurel, célèbre industriel et collectionneur du Nord - à l'origine du musée de Villeneuve d'Ascq -, il y croise Roger Dutilleul, oncle de Jean Masurel, et lui aussi collectionneur (Braque, Picasso, Modigliani), qui incite son neveu à aider le jeune artiste, en particulier en mettant à sa disposition un atelier à Roubaix. Dès lors, Roger Dutilleul et Jean Masurel suivent de près son travail, et exposent ses toiles aux côtés de Pablo Picasso, Fernand Léger, Georges Braque, André Lanskoy. Bruno Wouters restitue encore : « les contacts avec Jean Masurel donnent à sa carrière toute son envergure. Van Hecke rencontre Fernand Léger, Bernard Buffet, André Lanskoy, Eugène Leroy, Édouard Pignon, Eugène Dodeigne, Charles Gadenne »[2]. Il effectue deux voyages en Italie, en 1954 et 1957[3], rencontre Jean Cocteau et Pablo Picasso dans le Midi de la France en juillet 1957[1].


Fondation du Groupe de Gravelines Modifier

En octobre 1957 Arthur Van Hecke habite Petit-Fort-Philippe, en avril 1958 Bruxelles, en 1959 place de la Petite-Chapelle à Dunkerque, en octobre 1960 Grand-Fort-Philippe[1]. Il fonde le Groupe de Gravelines en 1961 avec Jean Bertaux, Jean Castanier, Raymond Picque. Ensemble, ils créent un fonds d'estampes en 1975, qui sera à l'origine du Musée du dessin et de l'estampe originale de Gravelines. Le Musée est inauguré en 1982 et le Groupe de Gravelines se dissout, la mission étant accomplie. Le Musée du dessin et de l'estampe originale de Gravelines est le seul musée français consacré aux œuvres imprimées. En 1964 Arthur Van Hecke habite sur la digue de Malo-les-Bains et vit avec Lucette à partir de 1971. Ils s'établissent définitivement à Hondschoote en 1982.





⇨ See Details!